"Cutie & The Boxer" - La découverte des passions de la vie n'a pas de limite d'âge 2

“Cutie & The Boxer” – La découverte des passions de la vie n’a pas de limite d’âge

Cutie and The Boxer est une brillante étude de caractère. C’est aussi une analyse de la vie de couple et un récit optimiste sur l’ascension des femmes. En même temps, c’est un rappel qu’il n’y a pas d’âge pour redécouvrir sa passion et se donner à fond.

Il n’est pas fréquent qu’un film soit accompagné de tant de sous-entendus qu’il me laisse rempli de tristesse et d’émerveillement à la fin du film. Cutie and the Boxer est l’un de ces documentaires qui s’intéresse à la vie d’un couple d’artistes japonais faisant partie intégrante de la scène artistique new-yorkaise.

Considéré comme l’un des rares artistes populaires qui tentent encore de joindre les deux bouts, l’histoire de ce couple d’artistes s’inscrit dans la lignée de celle des artistes japonais. Ushio et Noriko Shinohara – mariée depuis près de 40 ans – est pleine de beauté artistique et de tristesse personnelle.

D’une part, Ushio a fait sa marque en tant que “peintre de boxe”. Il s’agit de faire de l’art abstrait en frappant la toile avec des gants de boxe recouverts de couleurs. Dans le même temps, Noriko essaie de redécouvrir son amour pour l’art avec sa création artistique Cutie.

En plus d’un aperçu des luttes de base d’un artiste pour que son art soit d’abord remarqué et ensuite acheté, le documentaire examine comment un mari et une femme ont supprimé leurs désirs les plus intimes pendant les nombreuses années de leur mariage.

Cutie and the Boxer

La découverte la plus importante est celle de Noriko qui raconte, par le biais d’une animation basée sur ses dessins, comment elle est arrivée en Amérique et a été séduite par un artiste presque deux fois plus âgé qu’elle, sans revenu fixe, et comment elle s’est adaptée à un style de vie qui, au fil des ans, l’a laissée superficielle.

Ce qui est déterminant dans son “réveil”, c’est la prise de conscience qu’à présent, à cet âge, c’est Ushio qui a davantage besoin d’elle. Ainsi, elle peut sortir de sa coquille et s’exprimer à la fois verbalement et artistiquement.

Cutie et le Boxer aborde plusieurs questions personnelles, bien que très subtilement, allant de l’alcoolisme et de l’éducation des enfants à la stabilité financière, la liberté artistique et, surtout, le mariage. Il évite de plonger trop profondément dans ces circonstances personnelles et se concentre davantage sur les personnages et ce qui les a fait devenir ce qu’ils sont.

D’un côté, il y a tellement d’angoisse dans ces deux personnages qu’il est impossible de comprendre chaque problème individuellement. D’autre part, une analyse un peu plus approfondie de la façon dont leur style parental non conventionnel a conduit leur fils à devenir alcoolique aurait été intéressante.

Le film laisse beaucoup de place à l’interprétation du public. Le fait que le réalisateur ne donne pas de réponses toutes faites et que nous voyons ce mariage à travers différentes phases est plus satisfaisant intellectuellement. De plus, l’impact des valeurs traditionnelles et culturelles des deux personnages, même dans un pays “étranger”, est tout à fait évident et, d’une certaine manière, forme l’âme du film.

Cutie et le boxeur est une brillante étude de caractère. C’est aussi une analyse de la vie de couple et un conte optimiste sur l’élévation des femmes. En même temps, il rappelle qu’il n’y a pas d’âge pour redécouvrir sa passion et se donner à fond.

cutie and the boxer, Critique de film, 4 étoiles

Cutie and the BoxerDIRECTE PAR : Zachary Heinzerling
ÉCRITE PAR : s/o
STARRING : Noriko Shinohara, Ushio Shinohara
SORTIE : 2013 / GENRE : Documentaire
PAYS : USA / IMDB
PLUS DE REVUES : DERNIÈRES | ARCHIVES

Manon

Rédactrice WEB pour id-champagne-ardenne.fr depuis plus de 5 ans, je suis passionné par les voyages et l'art de vivre à la française.

Post navigation

Conseils pour utiliser la stratégie de base du blackjack en ligne

Les 10 meilleurs films de Joe Pesci

GAGNEZ “Casque D’Or” sur Blu-ray 4K UHD