Connect with us

Voyage

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française

Published

on

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 15

Le Fort de Brégançon, qui se dresse sur un rocher à 30 mètres au-dessus de la mer, offre intimité et soleil aux présidents français depuis des décennies, mais son histoire remonte à bien plus loin.

Le fort est perché sur une île minuscule – de seulement 4,5 km de long – reliée au continent français par une chaussée. C’est un site stratégique depuis le 6e siècle, qui a servi de résidence seigneuriale, de propriété de la Couronne et de site militaire équipé d’artillerie, dont 23 canons sous Napoléon Bonaparte.

C’est Charles de Gaulle qui lui a donné le statut de résidence présidentielle officielle en 1968 et il est généralement utilisé pour les vacances présidentielles – comme Camp David aux États-Unis et Chequers au Royaume-Uni.

Il a depuis été transformé en une agréable résidence tout en conservant ce qui restait de l’ancienne forteresse, donnant aux présidents l’occasion de profiter du soleil de la Riviera.

Advertisement

Les présidents français ont leur résidence principale et leurs bureaux au palais de l’Élysée, la belle résidence du XVIIIe siècle au cœur de Paris. Outre Brégançon, les présidents ont également accès à La Lanterne, un ancien pavillon de chasse situé dans le parc de Versailles. Bien qu’ils ne puissent pas séjourner dans le somptueux château de Versailles, ils y organisent parfois des événements et des rencontres avec des dignitaires étrangers.

C’est la situation géographique de Brégançon qui a été déterminante pour De Gaulle, qui considérait qu’il s’agissait du seul endroit du sud de la France suffisamment sûr pour recevoir des chefs d’État étrangers, notamment des pays méditerranéens dans le contexte géopolitique de la décolonisation.

S’il reste sécurisé, il est aujourd’hui à portée de longue portée pour les photographes, comme l’ont découvert plusieurs présidents.

Mais au fil des années de la Cinquième République, les présidents français ont eu des attitudes très diverses à l’égard de cet avantage indéniable de la fonction.

Le successeur de De Gaulle, Georges Pompidou, semblait l’adorer et passait ses week-ends au Fort, été comme hiver. Il ouvre ses portes aux médias, se laisse photographier avec son épouse dans des tenues plus décontractées et joue à la pétanque avec ses gardes du corps.

Advertisement

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 16

Georges Pompidou et son épouse Claude en août 1969 posent dans les jardins pendant leurs vacances d’été. Photo de l’AFP

Valéry Giscard d’Estaing, qui y séjournait régulièrement avec sa famille, a attiré l’attention nationale sur le Fort en laissant les paparazzi s’aventurer autour de la résidence, le photographiant en maillot de bain et en tennis, mais aussi en installant la vidéosurveillance à l’intérieur de la résidence.

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 17

Valéry Giscard d’Estaing pose pour des photos avec son épouse Anne-Aymone en 1979. Photo de l’AFP

Lorsque le socialiste François Mitterrand remporte les élections, il déclare : “la République n’a pas besoin de résidence secondaire”.

Il limite ses visites aux réunions de travail – les grévistes de la SNCF en 1987 et deux chefs d’État : le Premier ministre irlandais Garret Fitzgerald et le chancelier allemand Helmut Kohl – mais ne prend aucune mesure pour vendre Brégancon.

Advertisement

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 18

Le chancelier allemand Helmut Kohl est reçu par François Mitterrand en août 1985. Photo de PIERRE CIOT / AFP

Son successeur Jacques Chirac apprécie particulièrement le fort en raison de sa situation dans le département du Var où il a vécu dans son enfance.

Avec son épouse Bernadette, ils assistent régulièrement à la messe à l’église locale et saluent les habitants et les touristes. En 2004, le président a reçu le président algérien Abdelaziz Bouteflika pour apaiser les tensions. Le bureau présidentiel de Brégançon a été photographié pour la première fois.

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 19

Jacques Chirac et Brigitte sortant de l’église locale en mai 1999 Photo de VANINA LUCCHESI / AFP

Pendant sa présidence, Nicolas Sarkozy a reçu des personnalités politiques étrangères, dont Condoleezza Rice, mais il a aussi pris le temps de faire de l’exercice. Les photos de lui faisant son jogging autour du Fort ont été décrites comme créant un nouveau style de communication présidentielle. Plus tard, il a été photographié sur la plage avec la première dame Carla Bruni pendant sa grossesse.

Advertisement

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 20

Nicolas Sarkozy faisant son jogging, suivi de ses gardes du corps à vélo. Photo de GERARD JULIEN / AFP

François Hollande, qui s’est présenté comme un “président normal”, n’a pas ressenti d’attachement particulier au Fort et a ouvert le site au public pour des visites, même s’il y a accueilli quelques réunions de travail.

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 21

Un François Hollande à l’allure plutôt formelle rencontre son Premier ministre Manuel Valls à Brégançon. Photo : BERTRAND LANGLOIS / POOL / AFP

Depuis leur élection en 2017, Emmanuel et Brigitte Macron semblent apprécier le Fort, s’y retirant pendant les étés et se faisant photographier sur la plage ou s’amusant en jet-ski – ils ont également installé une piscine qui a coûté 34 000 €.

Brigitte Macron possède une propriété dans la station balnéaire du Touquet, dans le nord de la France, que le couple utilise pour passer du temps en famille. Mais Emmanuel Macron a également utilisé le Fort pour le travail, en accueillant la Première ministre britannique Theresa May en août 2018, le président russe Vladimir Poutine en août 2019, à la veille du G7 à Biarritz, et la chancelière Angela Merkel à l’été 2020.

Advertisement

La maison de vacances de la Riviera présidentielle française 22

Emmanuel Macron accueille la chancelière allemande Angela Merkel à Brégançon en août 2020. Photo : Christophe SIMON / POOL / AFP

Cette année, il a déclaré qu’il aurait un “pause studieuse” à Brégançon et profiter de l’été pour réfléchir à la manière d’aborder certains des problèmes les plus pressants de la France.

Avec la crise du coût de la vie, la guerre en Europe et l’agitation politique à la maison, espérons que ses lectures de plage porteront leurs fruits.

Par Julie Edde

Advertisement
Advertisement

Tendances