La police française traque les départs de feux de forêt par voie aérienne et terrestre 2

La police française traque les départs de feux de forêt par voie aérienne et terrestre

FEU DE FORÊT

Sur le terrain, deux officiers d’une brigade spéciale mobile de la gendarmerie paramilitaire française avancent à toute vitesse sur une piste forestière.

Publié : 14 août 2022 09:48 CEST

Une biche regarde dans une forêt brûlée suite à un incendie en Sud Gironde,

Une biche regarde dans une forêt brûlée suite à un incendie en Sud Gironde, près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)

Au-dessus d’eux, un hélicoptère scrute le paysage pour les avertir d’un éventuel incendie ou de toute personne qui chercherait à en déclencher un.

Ce sont les membres d’une équipe de police nouvellement créée qui viennent de commencer à patrouiller dans le sud-ouest de la France pour rechercher et arrêter les allumeurs de feu qui dévastent les forêts de la région.

En une semaine, pas moins de 20 incendies se sont déclarés dans la forêt bordant la station balnéaire de Soulac-sur-Mer, dans le département de la Gironde, dans le sud-ouest de la France, indique la gendarmerie locale.

Si certains n’ont brûlé que sur une centaine de mètres carrés, le plus important a dévoré 30 hectares de forêt.

Des arbres brûlés et des troncs calcinés bordent les chemins et les pistes cyclables qui sillonnent les bois.

Pour mettre fin à la dévastation, les autorités locales ont envoyé une nouvelle unité, le Peloton de vigilance forestière (PVF), composée de 15 gendarmes réservistes, d’un officier de police principal et de deux motocyclistes de la brigade mobile, avec l’appui de l’unité de police de la ville.
hélicoptère.

Répartis sur trois zones, les PVF patrouillent dans la forêt à moto, à vélo tout-terrain ou en voiture, si possible, à la recherche d’allume-feu.

Mis en place la semaine dernière, ils ont commencé à patrouiller jeudi.

L’idée est que le PVF libère les pompiers qui ont été mis à rude épreuve dans la lutte contre les incendies qui, depuis mardi, ont brûlé 7 400 hectares de forêts de pins à l’extrémité sud de la Gironde.

“Après les grands incendies de juillet, nous avons constaté une augmentation du nombre d’incendies volontaires”, a déclaré Martin Guespereau, préfet adjoint pour la défense et la sécurité de la région Nouvelle-Aquitaine, qui couvre la Gironde.

“Il y a une vingtaine d’incendies d’origine inconnue par jour en Gironde”.

Selon l’Office national des forêts (ONF), neuf incendies sur dix ont été déclenchés par des personnes – et trois sur dix de manière délibérée.

Forêt interdite d’accès

“Le peloton de vigilance forestière est une division d’appui, dont l’objectif est de prévenir, de détecter et éventuellement d’arrêter”, explique le capitaine Christophe Roque, qui a été chargé de constituer l’équipe.

Des panneaux rouges et blancs à l’orée de la forêt de Soulac-sur-Mer informent les promeneurs qu’en raison du risque “très grave” d’incendie, la forêt est interdite au public jusqu’à nouvel ordre – et ce depuis le 11 août.

Quelques cyclistes sont néanmoins sortis sur les sentiers samedi, et ont été rapidement interceptés par les gendarmes du PVF.

“Dès qu’on croise quelqu’un, on prend son identité”, explique un membre de l’équipe, Bruno Kechtoff. “Car si on croise plusieurs fois la même personne, alors cela devient suspect”.

Un message arrive à la radio : deux foyers d’incendie distants d’à peine 500 mètres, près de Bazas, au sud de Bordeaux, la capitale régionale. Un habitant signale avoir vu un individu sur un cyclomoteur portant un pantalon “à bordure jaune”.

L’hélicoptère de la LVF se dirige vers Bazas, à 130 kilomètres (80 miles) de là.

L’endroit où ils sont envoyés ensuite dépend de l’endroit où les prochains incendies se déclarent, explique le gendarme Jeremy Hernandez. “Nous avons été appelés ici en urgence mais nous pouvons nous déplacer si d’autres zones sont concernées”.

Puis ils sont dans leur voiture et partent, sirène hurlante, à la recherche d’un quad signalé dans les bois.

LIRE PLUS :

Quentin

Rédacteur en CHEF de id-champagne-ardenne.fr, journaliste depuis plus de 10 ans.

Post navigation

La France intérieure : Tempêtes, papeterie et cochons nommés Napoléon

La phrase française du jour : C’est pas Versailles ici

Politiciens sur la plage, danses de la pluie et chorizo