Connect with us

Cinéma

“Le Fantôme de l’Opéra” contient trop de libretto.

Published

on

"Le Fantôme de l'Opéra" contient trop de libretto. 5

Bien qu’il bénéficie d’une paire d’interprètes de premier plan, le film d’horreur de l’un des maîtres britanniques du genre reste trop impliqué dans l’aspect théâtral de son intrigue pour être un spectacle d’épouvante efficace. Mark Fraser explique pourquoi.

AVERTISSEMENT : Cette critique contient des spoilers.

N’ayant pas lu Gaston Leroux Roman français de 1910 Le Fantôme de l’Opéra (Le Fantôme de I’Opera), il est difficile de dire à quel point Hammer Film Productions a modifié l’histoire originale lorsqu’elle a sorti sa version originale du film en 1962.

Étant donné le penchant du studio anglais à modifier les classiques de la littérature pour les adapter à son propre agenda, on peut supposer qu’il y a une bonne dose de déviation dans le film. Anthony Hinds (écrivant sous le pseudonyme John Elder) script.

Advertisement

En tenant compte de cela, en essayant de digérer le film – qui est réalisé par le vétéran de la Hammer Terence Fisher – pour ce qui est de savoir s’il s’agit d’une adaptation légitime d’un livre célèbre (ou d’une “composition”, comme il est dit dans le générique de début) est un peu inutile car les variations seront sans doute trop nombreuses pour qu’on puisse y réfléchir.

Au lieu de cela, il est probablement plus constructif d’examiner quelques-unes des principales forces du film, dont deux de ses performances centrales – qui dépeignent toutes deux des méchants qui, d’une certaine manière, finissent par être les côtés opposés de la même pièce.

Le premier est le compositeur frauduleux et diaboliquement méchant Lord Ambrose D’Arcy (Michael Gough), dont l’échec à remplir complètement l’Opéra de Londres lors de la première de sa dernière œuvre, “Saint Joan (The Tragedy of Joan of Arc)”, au début de l’histoire, établit un modèle de comportement ignoble qui persiste tout au long du récit.

Le principal responsable de cet échec au box-office est son ennemi juré, le professeur L. Petrie (Herbert Lom), le Fantôme défiguré, qui hante l’immeuble comme un fantôme animé par la vengeance, cherchant à se venger du vol de ses compositions musicales par l’aristocrate, un développement de l’intrigue révélé bien avant dans le film.

Les deux hommes s’entichent de la soprano Christine Charles (Heather Sears) lorsqu’elle passe une audition pour remplacer l’ancienne vedette de la distribution, Maria (Liane Aukin), qui quitte le navire après que l’acolyte de Petrie (Le Nain, joué par Ian Wilson) assassine un machiniste* le soir de l’ouverture de l’opéra de D’Arcy et manœuvre son corps suspendu au-dessus de la scène pour que tout le monde puisse le voir.

Advertisement

Bien sûr, le duo de méchants a ses propres raisons d’attirer l’attention de l’ingénue – le lubrique Lord Ambrose veut simplement faire monter l’objet de son désir sur la chaise longue (“Vous êtes une délicieuse petite chose”, dit-il à la chanteuse au cours du dîner), tandis que le tragiquement honorable Fantôme est convaincu qu’il peut faire d’elle une légende de l’opéra.

Pendant ce temps, une troisième partie – le producteur de D’Arcy, Harry Hunter (Edward de Souza) – développe également un intérêt pour Maria, bien que ce soit de manière conventionnellement romantique. Ensemble, le couple naissant découvre le mystère qui se cache derrière les manigances qui hantent le théâtre.

Le Fantôme de l'Opéra est un film d'horreur britannique réalisé en 1962 par Terence Fisher, une adaptation libre du roman de 1910 Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux.

Le Fantôme de l’Opéra est un film d’horreur britannique réalisé en 1962 par Terence Fisher. Il s’agit d’une adaptation libre du roman Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux, paru en 1910.

Une trajectoire différente

Pour un film de la Hammer produit au début des années 60, alors que le studio avait déjà établi ses références en matière d’horreur, Le Fantôme de l’Opéra est étonnamment insipide, même lorsqu’il tente de placer sa toile de fond dramatique dans un certain nombre de territoires familiers.

C’est sans doute parce que le monstre proverbial de l’histoire, joué solennellement (et théâtralement) par Lom, s’avère être un personnage sympathique – et ce, malgré le fait qu’il soit indirectement à l’origine d’une partie du chaos meurtrier de la première moitié du film et qu’il se révèle être un maître d’œuvre brutal dans la seconde.

Advertisement

En effet, il est difficile de ne pas aimer Petrie après l’éventuel flash-back, dans lequel il est révélé comment son travail a été volé par le peu scrupuleux D’Arcy avant de raconter l’incident qui entraîne sa hideuse défiguration faciale par un accident avec de l’acide nitrique.

Ce développement dramatique est renforcé par le fait que le voleur de musique est probablement l’un des personnages non créatures les plus méchants de la liste collective des acteurs du studio – un aristocrate complètement amoral qui, bizarrement, ne connaît pas de mort violente.

Néanmoins, il y a quelque chose qui manque dans Le Fantôme de l’Opéra ce qui ne le rend pas aussi amusant que les films d’horreur contemporains de la Hammer et, en ce qui concerne ce critique, cela se résume essentiellement à une vérité indéniable : il y a tout simplement trop d’opéra et pas assez de trucs effrayants.

Cela ne veut pas dire que le film n’a pas ses moments de tension, mais à la dernière bobine, ils sont plutôt fugaces.

Le premier quart d’heure, par exemple, lorsque les membres de la distribution et de l’orchestre de ce qui est la première production d’opéra de D’Arcy sont terrorisés par le fantôme du titre, prépare efficacement ce qui devrait finalement être un scénario plus effrayant, tandis que la scène où le Nain tue le dératiseur du théâtre (Patrick Troughton) est assez vicieux si l’on s’y attarde un instant.

Advertisement

Il semble cependant qu’il y ait trop de chant dans toute la production, en particulier lors de la malheureuse première de “Sainte Jeanne” et dans la scène finale du film, lorsque Charles capture le cœur proverbial de son public.

Se plaindre d’une telle affliction pendant un film dont le titre contient le mot opéra peut sembler un peu déraisonnable. Il faut cependant se rappeler qu’il y a aussi un fantôme à l’œuvre dans le récit, et que sa présence inquiétante est parfois bien nécessaire.

Un dessert ?

Enfin, il convient de mentionner que le principal méchant du film, D’Arcy, n’obtient jamais vraiment de rétribution substantielle, bien qu’il ait perdu le contrôle de sa production.

Outre le fait que sa sortie de l’écran est loin d’être spectaculaire (il reçoit littéralement le choc de sa vie et se retire dans l’oubli cinématographique après avoir démasqué le Fantôme), il ne reçoit jamais le genre de châtiment auquel sont soumis les autres méchants (et méchantes) de la Hammer lorsqu’ils arrivent au bout de leurs cordes.

En fait, on pourrait dire que D’Arcy sort de l’histoire comme un gagnant. Après tout, dans les derniers moments du film, son spectacle est salué comme un succès, principalement grâce à la performance de Charles, qui finit par prospérer sous la stricte tutelle de Petrie.

Advertisement

Bien que Gough soit une crapule de la Hammer délicieusement convaincante, il n’est pas soumis au même type de justice que celle qui est habituellement rendue aux autres brigands importants du studio.

Bien que cela ne soit pas nécessairement un crime, cela pourrait sans doute être une raison pour laquelle le film n’est pas aussi bien considéré que les autres homologues d’horreur gothique de la maison de production sortis à la même époque.

FOOTNOTE

*Ceci peut être ou ne pas être Fred Wood.


Le Fantôme de l’Opéra (1962) est sorti dans le cadre de la collection Hammer Volume Six de Powerhouse Films.

Advertisement

Achetez le coffret sur Amazon.fr ici.

"Le Fantôme de l'Opéra" contient trop de libretto. 6

Hammer Volume Six : Night Shadows fait revivre quatre grands classiques de la Hammer du début des années 60, qui illustrent le meilleur travail de la Hammer Films dans le domaine de l’horreur et du thriller.

Edgar Allan Poe occupe une place importante dans L’Ombre du Chat, Une histoire macabre de vengeance féline dans une vieille maison noire, avec André Morell (Cash on Demand) et Barbara Shelley (Le camp de l’île sanglante) ; Peter Cushing (La Gorgone, Corruption) et Oliver Reed (La Lame Ecarlate) jouent la vedette dans Capitaine Cleggqui voit la Hammer fusionner l’horreur et l’aventure dans une histoire de contrebandiers et de fantômes des marais se déroulant au XVIIIe siècle ; Herbert Lom (L’île mystérieuse) joue le rôle de Le Fantôme de l’Opéra dans la production acclamée de la Hammer du classique gothique de Gaston Leroux, tandis que Freddie Francis (Torture Garden) réalise Nightmare, un thriller psychologique effrayant dans le Les Diaboliques qui bénéficie des performances centrales pleines de sang de Moira Redmond (Jigsaw) et Jennie Linden (Une tête coupée).

Cette collection contient une multitude d’éléments supplémentaires inédits et d’archives, notamment des documentaires et des appréciations, des entretiens avec les acteurs et les membres de l’équipe, des commentaires audio et des livrets complets. Strictement limité à 6 000 unités numérotées.

Achetez le coffret sur Amazon.co.uk ici.

Advertisement

"Le Fantôme de l'Opéra" contient trop de libretto. 7

Le fantôme de l’opéra : caractéristiques supplémentaires

  • Restauration 2K
  • Présentations optionnelles 1.66:1 et 1.85:1 de la version originale en salle (85 mins)
  • Version TV alternative (99 mn) : version étendue avec des scènes uniques, présentée en matte ouverte en définition standard.
  • Audio mono original
  • Commentaire audio avec l’auteur Steve Haberman et l’historien du cinéma Constantine Nasr (2020)
  • Commentaire audio avec les historiens du cinéma Troy Howarth et Nathaniel Thompson (2020)
  • Dans les égouts (2020, 6 mins) : Brian Johnson, artiste spécialisé dans les effets spéciaux, se souvient avec émotion de la production.
  • Les femmes de la Hammer : Liane Aukin (2021, 7 minutes) : profil de l’acteur, écrivain et réalisateur par l’universitaire Rachel Knightley.
  • Kim Newman présente “Le Fantôme de l’Opéra”. (2021, 13 minutes) : appréciation du critique et de l’auteur.
  • Les hommes qui ont fait le marteau : Anthony Hinds (2020, 28 mins) : Richard Klemensen, rédacteur en chef et éditeur de Le petit magasin des horreurs journal, revisite la carrière de l’un des plus célèbres scénaristes et producteurs de la Hammer.
  • Le Fantôme Triomphant : Edwin Astley et l’opéra d’horreur de la Hammer (2020, 16 minutes) : David Huckvale, auteur de Les musiques de films Hammer et l’avant-garde musicale, dissèque la partition classique
  • Herbert Lom : L’âme derrière le masque (2020, 16 mins) : l’historien du cinéma et scénariste C Courtney Joyner partage ses souvenirs personnels du temps passé avec l’acteur légendaire.
  • Making of ‘Le Fantôme de l’Opéra’ (2020) (2014, 31 mins) : documentaire présenté par l’acteur Edward de Souza, comprenant des entretiens avec l’historien du cinéma Richard Golen, le preneur de son Alan Lavender et de Souza lui-même.
  • Bandes-annonces originales pour les salles de cinéma
  • Commentaire de Brian Trenchard-Smith sur la bande-annonce (2013, 3 minutes) : courte appréciation critique.
  • Galeries d’images : matériel promotionnel et publicitaire
  • Sous-titres anglais nouveaux et améliorés pour les sourds et malentendants
  • Livret exclusif de 40 pages en édition limitée avec un nouvel essai d’Adam Scovell, Terence Fisher sur Le Fantôme de l’OpéraDes extraits de documents de presse originaux, un aperçu des réactions de la critique contemporaine et les crédits du film.

Si vous avez aimé notre critique du Fantôme de l’Opéra, vous pourriez également l’aimer :

18 grands films d’horreur des années 1960 et 1970

Rosemary's Baby - Les 10 meilleurs films

Nous célébrons un âge d’or du cinéma d’horreur au cours duquel nous avons vu émerger Rosemary’s Baby, L’Exorciste et Massacre à la tronçonneuse, parmi beaucoup d’autres.

Advertisement

Rédactrice WEB pour id-champagne-ardenne.fr depuis plus de 5 ans, je suis passionné par les voyages et l'art de vivre à la française.

Advertisement

Tendances