Les plus grandes performances de la carrière de Malcolm McDowell 2

Les plus grandes performances de la carrière de Malcolm McDowell

Après avoir commencé sa carrière d’acteur de cinéma comme l’un des talents les plus prometteurs d’Angleterre – et avoir travaillé avec des personnalités comme Stanley Kubrick, Lindsay Anderson et Joseph Losey to boot – Le film de Malcolm McDowell L’étoile de Malcolm McDowell est tombée au sol avec un bruit sourd, l’acteur n’ayant fait que des rôles oubliables depuis le milieu des années 1980.

Né à Leeds et élevé à Liverpool, McDowell s’est révélé à l’écran avec les classiques anti-establishment suivants Si et A Clockwork Orange en 1968 et 1971. Il reprendra son Si rôle dans O Lucky Man ! (1973) et Hôpital Britannia (1982), deux autres des meilleurs films de McDowell.

D’autres efforts notables incluent Blue Thunder en face de la brillante Roy Scheider et le drame historique érotique controversé Caligula dans lequel il joue le personnage-titre effronté.

Quels sont les meilleurs films de Malcolm McDowell ?

Caligula - 10 films pour les fans de Game of Thrones

Mark Fraser se penche sur certains des moments forts d’une carrière qui aurait dû atteindre des sommets plus élevés.

Mention honorable

Caligula

Dir. Tinto Bass (1980)

malcolm-mcdowell-caligula_top10films

Un vieux dicton dit que toute publicité est une bonne publicité, quelle que soit sa gravité. Bien que le jury ne se soit pas encore prononcé sur ce point, on peut affirmer que le maladroit McDowell était au sommet de son art lorsqu’il a joué le rôle principal de ce qui était, à l’époque, l’un des films à gros budget les plus controversés jamais réalisés.

Tout compte fait, ce n’est pas une trop mauvaise performance si l’on est prêt à ignorer certains des excès de l’acteur et du scénario (éventuel) – cela suggère certainement qu’il aurait fait un bon méchant de Bond à un moment donné.

Les plus grandes performances de la carrière de Malcolm McDowell 3

Le problème est que ces indulgences – qui incluent des doses massives de sadisme avide de pouvoir et des abus gratuits de pouvoir sexuel – sont difficiles à ignorer. Et lorsque les brefs moments de pornographie hardcore sont ajoutés, le film est sans équivoque exposé pour ce qu’il est vraiment, c’est-à-dire un film d’époque fatigué, trash, exploiteur et sans véritable centre moral.

Caligula - Malcolm McDowell

En passant, il est intéressant de voir comment les valeurs de la société se sont tellement effondrées depuis 1980 que… Caligula les scènes de sexe explicites semblent vraiment inoffensives par rapport aux normes pornographiques d’aujourd’hui.

10. Les chats

Dir. Paul Schrader (1982)

malcom-mcdowell-cat-people_top10films

Il est intéressant de noter que dans le livre Schrader sur Schrader (&amp ; Autres écrits), édité par Kevin Jackson et publié pour la première fois par faber et faber en 1990, le directeur – tout en identifiant Nastassja Kinski et John Heard qui jouent des personnages clés dans le film – n’a pas mentionné le nom de McDowell, malgré le fait qu’il soit le vrai méchant dans ce que l’auteur a admis être une tentative ratée de faire un film d’horreur classe et quelque peu cérébral. Une autre performance maladroite, bien que pas trop honteuse compte tenu du matériau.

9. Aces High

Réalisateur. Jack Gold (1976)

aces-high-mcdowell-plummer-1976_top10films

Une forte contribution de McDowell dans le rôle du commandant épuisé d’un escadron aérien britannique pendant la Première Guerre mondiale. Très anglais peut-être, et peut-être un peu trop évident quant à sa position anti-guerre, Aces High n’est pas exactement un classique du cinéma. Mais il montre comment l’acteur s’en sort mieux dans ce genre de rôle que dans quelque chose comme… J Lee Thompson Le Passage trois ans plus tard, il incarne un officier nazi sadique de la Seconde Guerre mondiale.

8. Star Trek Generations

Dir. David Carson (1994)

malcolm-mcdowell_star-trek_generations_top10films

Les fans de Rob Zombie’s remake des deux premiers Halloween (où McDowell a repris le rôle du Dr Loomis, qui était à l’origine interprété par le regretté Donald Pleasance) n’est peut-être pas d’accord avec cela, mais il s’agit probablement de la dernière performance vraiment remarquable de l’acteur – une autre qui suggère qu’il aurait pu facilement jouer un méchant de Bond lorsqu’il était plus jeune.

Dans le rôle du Dr Tolian Soran, obsédé par la vengeance et le Capitaine Kirk, l’acteur, âgé d’environ 51 ans à l’époque, était très élégant avec son manteau de cuir noir et ses cheveux blancs.

7. Royal Flash

Dir. Richard Lester (1975)

royal-flash_malcolm-mcdowell_top10films

C’est peut-être le film qui aurait pu permettre à McDowell de passer à l’étape suivante de sa carrière s’il avait connu la popularité au box office de Lester’s Les Trois (et Quatre) Mousquetairesqui sont sortis quelques années auparavant.

Vu Royal Flash est l’un des nombreux livres sur le Capitaine Harry Flashman écrits par l’auteur. George MacDonald Fraser (aucun lien de parenté), un public plus large aurait pu conduire à une franchise – ce qui n’aurait pas fait de mal à la carrière de l’acteur. Au contraire, Royal Flash a montré que McDowell pouvait – lorsqu’on le lui demandait – livrer une performance comique divertissante.

6. Time After Time

Dir. Nicholas Meyer (1979)

Time-After-Time_malcolm-mcdowell_top10films

Dans cette modeste histoire de science-fiction avec voyage dans le temps, HG Wells (McDowell) poursuit Jack l’Éventreur (David Warner) dans le San Francisco d’aujourd’hui pour empêcher le tueur en série de commettre d’autres atrocités.

Un film de catégorie B, certes (il doit être vu dans son format d’origine pour être pleinement apprécié), mais un film qui montre que les capacités de McDowell ne se limitent pas à jouer des méchants, des brigands et des goujats.

5. Hôpital Britannia

Réalisateur. Lindsay Anderson (1982)

britannia-hospital-1982-malcom-mcdowell_top10films

Le dernier film de la trilogie Mick Travis, dans lequel le protagoniste (McDowell) occupe une place secondaire, bien que significative, à l’écran. A la fin des trois films (les autres étant Si et O Lucky Man !) Travis est passé du statut de garçon rebelle d’une école privée anglaise de la classe supérieure à celui d’un véritable Frankenstein après avoir été la proie du système de santé publique britannique hideusement dysfonctionnel.

4. O Lucky Man !

Dir. Lindsay Anderson (1973)

malcom-mcdowell-o-lucky-man_top10films

Cette suite de Si a étonnamment bien marché au box-office à l’époque, suggérant que McDowell avait trouvé un public substantiel au moment de réaliser ce qui n’était que son cinquième film.

Dans ce film, le vendeur de café Travis n’est plus un rebelle qui veut abattre le système. Il est plutôt passé du côté obscur, exploitant son côté rebelle pour se frayer un chemin jusqu’au sommet de l’entreprise britannique.

3. Figures dans un paysage

Dir. Joseph Losey (1970)

figures-dans-un-paysage_malcolm-mcdowell_top10films

Ignorée par tout le monde lors de sa sortie initiale, cette étrange allégorie militaro-politique sur le fossé entre les générations contient deux solides performances (par McDowell et Robert Shaw), une cinématographie incroyable (par Henri Alekan, David Cronenberg régulier Peter Suschitzky et Guy Tabary) ainsi qu’une subtile partition atonale à 12 tons de Richard Rodney Bennett.

Sans doute le film le plus méconnu de Losey (même son opus de 1972, “La vie de l’homme”, n’a pas été apprécié à sa juste valeur). L’assassinat de Trotsky a bénéficié d’un temps d’antenne plus important), il offre à ses acteurs deux solides performances et, grâce à de superbes travellings, il reste l’un des meilleurs films de poursuite jamais réalisés. Un autre film à regarder en Panavision.

2. Si

Dir. Lindsay Anderson (1968)

Si_malcolm-mcdowell_top10films

Les débuts de McDowell à l’écran sont mémorables. Incapables de tolérer l’intimidation et l’environnement de classe de son pensionnat masculin de classe supérieure, Travis et ses camarades de classe (Richard Warwick et David Wood) se dressent contre l’establishment.

La question est : quelle est la part de son esprit ? Un film important avec l’un des actes de défi les plus mémorables du cinéma – et un début de carrière remarquable pour l’acteur.

1. Orange mécanique

Réalisateur. Stanley Kubrick (1971)

a-clockwork-orange-malcolm-mcdowell_top10films

Tout simplement une performance de haut niveau dans un film classique réalisé par l’un des plus grands réalisateurs de tous les temps, dans lequel McDowell ne souffre d’aucun mauvais moment. En fin de compte, c’est peut-être le rôle pour lequel on se souviendra le mieux de lui – ce qui est approprié car il est emblématique, mais dommage étant donné qu’il a fait tant d’autres choses intéressantes.


Si vous avez aimé notre regard sur les meilleures performances de Malcolm McDowell, vous aimerez peut-être aussi :

10 films inoubliables sur les adolescents en difficulté

Si, Lindsay Anderson, Malcolm McDowell, British Public School, Teenage Rebellion,

Un refus fervent d’accepter le statu quo vu à travers des adolescents perturbés.

Manon

Rédactrice WEB pour id-champagne-ardenne.fr depuis plus de 5 ans, je suis passionné par les voyages et l'art de vivre à la française.

Post navigation

Une nouvelle télévision pour lutter contre la solitude des personnes âgées

Margot Robbie donne son avis sur le rôle de Lady Gaga dans Harley Quinn

James Corden n’est pas étranger au vol de blagues