Pourquoi les Belges, les Italiens, les Espagnols et les Suisses viennent en France pour se faire vacciner contre la variole du singe. 2

Pourquoi les Belges, les Italiens, les Espagnols et les Suisses viennent en France pour se faire vacciner contre la variole du singe.

L’épidémie actuelle a débuté en Europe en mai, lorsque le virus a commencé à se propager rapidement en dehors des régions d’Afrique où il est endémique depuis longtemps.

Le virus, qui est rarement mortel mais qui peut provoquer des lésions extrêmement douloureuses, a surtout touché les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, dont certains ont cherché à se faire vacciner rapidement.

Cependant, dans certains pays, le seul vaccin autorisé contre la variole du singe, un vaccin antivariolique produit par la société danoise Bavarian Nordic et commercialisé en Europe sous le nom d’Imvanex, a été déployé plus rapidement et à plus grande échelle.

La Belgique, par exemple, ne dispose que de 3 000 doses, qui ne sont disponibles que pour les travailleurs du sexe LGBT, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes atteints d’infections sexuellement transmissibles ou du VIH, et quelques rares cas de contact.

Mais la France voisine dispose de beaucoup plus de doses. Bien que le nombre exact soit inconnu, plus de 53 000 doses ont déjà été administrées dans le pays.

LIRE PLUS : La France ouvre un vaccin contre la variole du singe

Pendant l’été européen, de nombreux Belges ont traversé la frontière pour se faire vacciner.

La pharmacienne Virginie Ceyssac a déclaré que 30 à 40 % des personnes qui s’étaient fait vacciner dans sa pharmacie Aprium de Lille, dans le nord de la France, étaient belges.

Un accueil “très chaleureux

Samy Soussi, de l’association de lutte contre le VIH ExAequo, basée à Bruxelles, a déclaré que “grâce au bouche à oreille, nous savions qu’il était possible pour les Belges de se faire vacciner en France”.

ExAequo a même contacté le centre de vaccination de Lille pour organiser le covoiturage des Belges afin qu’ils puissent assister à une journée de distribution du vaccin le 6 août.

“444 Belges ont été vaccinés ce matin-là”, a déclaré M. Soussi, ajoutant qu’ils avaient reçu un accueil “très chaleureux”.

Environ 90 % des personnes vaccinées ce jour-là étaient belges, a indiqué à l’AFP la mairie de Lille.

L’agence de santé de la région Hauts-de-France a indiqué que ses centres de vaccination sont invités à “répondre favorablement aux demandes des frontaliers belges, sous réserve que cela n’affecte pas l’accès à la vaccination des Français”.

Dans la capitale française, les vaccinations ont également été disponibles pour les personnes venant de l’extérieur du pays.

“Les touristes étrangers ont profité de leur voyage pour se faire vacciner”, a déclaré Checkpoint Paris, un centre de santé sexuelle dédié aux personnes LGBT.

Cependant aux frontières sud de la France, les Italiens et les Espagnols ont été très minoritaires à se faire vacciner, selon les associations locales de lutte contre le VIH.

La Suisse, quant à elle, n’a reçu aucune dose de vaccin, bien que le gouvernement ait cédé aux critiques croissantes en annonçant mercredi qu’il allait acheter 100 000 doses.

En l’absence de doses locales, “certaines personnes se sont rendues en France pour se faire vacciner sans problème, mais d’autres ont été refusées”, a déclaré Alexandra Calmy, responsable de l’unité VIH aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Thomas, un homme de 32 ans de la ville suisse de Montreux, a déclaré à l’AFP qu’il avait passé quinze jours à essayer d’obtenir un rendez-vous de vaccination en France.

Il a finalement réussi à obtenir un rendez-vous dans la ville de Besançon, dans l’est de la France.

“J’ai pris un jour de congé, je vais louer une voiture et conduire”, a-t-il dit.

Coûteux et injuste

Un centre de vaccination de la ville alpine française de Chambéry, dans le département de la Savoie, a refusé de lui donner un rendez-vous.

“Nous ne prenons que les personnes qui habitent en Savoie”, a déclaré à l’AFP le médecin local Silvere Biavat.

Le centre a été “submergé d’appels de Suisses” et a dû les refuser par manque de moyens, a-t-il ajouté.

La direction générale de la santé (DGS) du ministère français de la santé a déclaré que c’était aux sites de vaccination de décider s’ils administraient les doses aux étrangers.

Après s’être vu refuser un rendez-vous en France, Sergio, un homme de 41 ans qui vit à Genève, a cherché plus loin. Il a d’abord essayé au Portugal, son pays natal, puis aux Etats-Unis, avant d’obtenir un rendez-vous à Londres.

“J’ai payé près de 600 euros pour un vol de dernière minute de Genève à Londres”, dit-il.

“C’est cher et c’est injuste parce que tout le monde ne peut pas faire ça… mais tout le monde a peur” du monkeypox, a-t-il dit.

L’inégalité d’accès a incité des organisations et des professionnels de la santé de toute l’Europe à demander la conclusion de nouveaux accords diplomatiques pour que les doses soient partagées avec les pays qui en ont besoin.

“Il n’est pas logique que des pays comme la France, l’Allemagne et les Pays-Bas disposent d’un grand nombre de vaccins” alors que des pays comme l’Espagne, l’un des pays les plus touchés au monde, ne dispose que de 17 000 doses, a déclaré Toni Poveda, directeur de l’organisation espagnole de lutte contre le VIH, CESIDA.

Marc Dixneuf, directeur du groupe français AIDES, a déclaré que “les épidémies ne font pas grand cas des frontières”.

“Ce que nous voulons, c’est une réponse concertée au niveau européen, au sein de l’Organisation mondiale de la santé et pas seulement de l’Union européenne – car nous devons inclure la Suisse”, a-t-il déclaré.

Les autorités sanitaires françaises ont déclaré être en contact avec la Belgique et la Suisse pour discuter des vaccinations transfrontalières contre le monkeypox, y compris de leur financement.

Quentin

Rédacteur en CHEF de id-champagne-ardenne.fr, journaliste depuis plus de 10 ans.

Post navigation

Une nouvelle vague de Covid en automne est “pratiquement certaine”, selon les experts français.

L’évolution de la population européenne et les mesures prises par l’UE pour y remédier

Les pompiers volontaires jouent un rôle clé dans la lutte contre les incendies en France