RÉVÉLATION : Où, en Europe, les prix des logements et des loyers ont-ils le plus augmenté ? 2

RÉVÉLATION : Où, en Europe, les prix des logements et des loyers ont-ils le plus augmenté ?

Les prix des logements ont augmenté de 45 % et les loyers de 17 % dans toute l’UE depuis 2010, selon les derniers chiffres publiés par l’office statistique de l’UE Eurostat.

Il existe toutefois de grandes différences entre les pays. En Autriche, les prix des logements ont plus que doublé et les loyers ont augmenté de 45 %. Dans d’autres pays, ils ont stagné ou diminué au cours de la même période.

La Grèce en est un exemple notable, les prix ayant chuté de 23 % et les loyers de 25 % entre 2010 et 2021. En Italie, les prix des logements ont baissé au cours des dix dernières années et les loyers n’ont enregistré qu’une modeste augmentation, tandis que l’Espagne a enregistré de très faibles hausses des loyers et des prix des logements.

Voici la situation dans les pays couverts par The Local, selon Eurostat.

Trouver un nouveau foyer à l’étranger ?

Entre 2010 et le premier trimestre de 2022, les prix des logements ont plus que doublé en Autriche (+114 %) et ont augmenté encore plus en Estonie, en Hongrie, au Luxembourg, en République tchèque, en Lettonie et en Lituanie.

LIRE AUSSI : EXPLIQUÉ : Ce que vous devez savoir sur l’achat d’une propriété en Allemagne

En Allemagne, les prix des logements ont augmenté de 94 %, en Suède de 92 % et en Norvège de 91 %.

Le Danemark (59 %) et la France (29 %) ont également enregistré une croissance à deux chiffres.

L’Espagne est le pays qui a enregistré la plus faible hausse, soit 3 %, parmi les pays couverts par The Local.

Sur la même période, les prix ont baissé en Italie (-10 pour cent), à Chypre (-8 pour cent) et en Grèce (-23 pour cent).

LIRE AUSSI : EXPLIQUÉ : Les coûts cachés de l’achat d’une maison en Italie

Selon l’agence immobilière italienne Tecnocasa, les prix des maisons dans le pays sont aujourd’hui inférieurs de 29 % à ceux de 2010, même si une lente tendance à la hausse a commencé en 2017. Seule Milan fait fi de la tendance, avec une augmentation de 8,5 % entre 2010 et 2021.

Les raisons de ces données, selon Fabiana Migliola, directrice de l’unité de recherche de Tecnocasa, sont la diminution des salaires et la faible disponibilité du capital, la plupart des acheteurs pouvant s’offrir des propriétés jusqu’à 250 000 €.

“Bien sûr, une croissance modeste de l’immobilier et des prix plus bas par rapport à de nombreux autres pays à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe rendent notre pays attrayant pour les investisseurs”, a déclaré Migliola. “C’est un phénomène que nous avons surtout enregistré sur le marché des maisons de vacances, puisque l’année 2021 a signalé une augmentation du nombre de maisons de vacances achetées par des acheteurs étrangers, notamment des États-Unis, de France et d’Europe de l’Est.”

2022 pourrait être une année d’ajustement, a-t-elle poursuivi, mais la hausse des taux d’intérêt pourrait avoir un impact sur les acheteurs qui financent leur achat de maison par un prêt hypothécaire.

En ce qui concerne les prix, l’agence prévoit une reprise avec une hausse entre 2 et 4 %, avec une forte demande actuellement de la part des Italiens.

Échafaudage sur une tour d'habitation

L’Autriche a connu la plus forte augmentation du loyer moyen au cours des 12 dernières années. (Photo : Tobias SCHWARZ / AFP)

Où est-il moins cher de louer ?

Les loyers n’ont pas augmenté tout à fait autant que les prix des maisons, mais ils ont augmenté régulièrement depuis 2010.

Entre 2010 et 2022, les loyers ont augmenté de 17 % en moyenne dans l’UE. Parmi les pays couverts par The Local, c’est l’Autriche qui a enregistré la plus forte croissance, avec une hausse vertigineuse de 45 %. Le Danemark (21 %), la Suède (21 %), l’Allemagne (17 %) et la Suisse (10 %) ont également connu une hausse à deux chiffres.

LIRE AUSSI : Immobilier : Comment trouver un appartement à louer à votre arrivée en Autriche

Les augmentations ont été plus modestes en Italie (7 %), en Espagne (5 %) et en France (8 %).

La croissance la plus forte a été enregistrée en Estonie (177 %), en Lituanie (127 %) et en Irlande (77 %).

En revanche, en Grèce, les loyers ont diminué d’un quart sur la période, et Chypre a enregistré une baisse de -1 pour cent.

Le problème de l’accessibilité financière

Si les taux d’augmentation moyens ne donnent qu’une image partielle du marché immobilier, un indicateur supplémentaire cité par Eurostat est le taux de surcharge des coûts du logement, c’est-à-dire le pourcentage de personnes qui consacrent 40 % ou plus de leur revenu disponible au logement.

LIRE AUSSI : 5 des endroits les plus abordables pour acheter une propriété en France

Malgré la chute des prix de l’immobilier et des loyers, c’est en Grèce que le taux est le plus élevé en 2020, une personne sur trois (33,3 %) consacrant 40 % ou plus de ses revenus au logement.

Les autres pays européens présentant un taux de surcharge de coûts élevé sont le Danemark (14 %) et la Suisse (14 %).

Juste en dessous de la ligne des 10 % se trouvent la Norvège et l’Allemagne (9 %), l’Espagne (8 %), la Suède (8 %) et l’Italie (7 %).

Malgré cette hausse importante, l’Autriche a un taux de surcharge relativement faible, à 6 pour cent.

Quel a été l’impact du Brexit sur les acheteurs britanniques ?

Pour les citoyens britanniques, le Brexit peut avoir ajouté des difficultés à l’achat de propriétés dans des lieux de l’UE. Des pays comme l’Autriche ont des restrictions spécifiques pour les citoyens non européens et là où il n’y a pas de restrictions, des taxes plus élevées et de nouvelles règles d’immigration peuvent faire en sorte que moins d’acheteurs britanniques entrent sur le marché.

En Espagne, il a été signalé cette semaine que les achats effectués par des résidents britanniques, qui représentaient auparavant près d’un quart de toutes les transactions (24 %), ne représentent plus que 12 %.

Cependant, une récente enquête menée auprès de 900 acheteurs britanniques a révélé que seuls 4 % d’entre eux avaient renoncé à acheter une propriété à l’étranger en raison des difficultés causées par le Brexit et la pandémie de Covid-19. Quelque 11 % d’entre eux ont procédé comme prévu l’année dernière et 85 % prévoient toujours d’acheter.

Liens utiles :

Cet article est publié en coopération avec Europe Street News, un organe d’information sur les droits des citoyens dans l’UE et au Royaume-Uni.

Quentin

Rédacteur en CHEF de id-champagne-ardenne.fr, journaliste depuis plus de 10 ans.

Post navigation

La sécheresse française s’intensifie avec l’assèchement de la Loire

Le président français se rend en Algérie pour relancer les relations avec ce pays

Le béluga est désormais immobile dans la Seine